28,15,0,50,1
25,600,60,1,100,1000,25,200
90,300,1,50,12,25,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,1,0,0,1,30,10,5,0,0,0,10,0,1
cadre
cadre
Féminine
Féminine
U8-U9
U8-U9
Loisirs
Loisirs
U6-U7
U6-U7
senior-B
senior-B
u18
u18
senior a
senior a
u13c
u13c
U13a
U13a
kevin
kevin
u15a
u15a
gégé
gégé
imma
imma
U11a
U11a
u8
u8
u10
u10
u12b
u12b
u6
u6

le 8/10/18 : Les Seniors A accrochent leur 1er point.

rencontre ORC Piriac 400pxDécidé à ne pas renouveler les journées « Portes Ouvertes » qui avaient vu les RnB (Rouge et Blanc) encaissés la bagatelle de 10 buts en 2 rencontres, Père Igor s’était beaucoup inspiré des théories de Rommel et de Von Rundstedt en érigeant un véritable Mur de l’Atlantique sur les bords de la Cholière.

Un système de fortification censé protégé ses ouailles et Marius des velléités belliqueuses de nos voisins maritimes de Piriac sur Mer, nos assaillants du jour. On avait donc bétonné nos cotes pour prévenir toute tentative d’invasion. Un système expert d’obstacles anti-débarquement dont la charge était confiée à la Kommandantur de Juju et de son complice, le vieux briscard Thomas dit « The Boss ». Un savant dosage d’ancien et de moderne alliant la poudre et les balles. Mélange détonant savamment concocté par notre professor Igor Tournesol .Entre le doyen papy Thomas, le seul de l’équipe qui compte plus de 25 printemps, les campagnes lui il connait. Des vastes plaines de la Jonelière qu’il connut il y a quelques décennies, au front de l’Est ou l’invasion de la Pologne en 39, le vieux briscard a bourlingué. A ses cotés, le jeune Julien, tout juste sorti des jupes maternelles, mais déjà une maturité et une fougue à toute épreuve. Un duo de haute volée ce dimanche, à classer dans le quarté gagnant du weekend aves les 2 petits lutins du milieu. Un avis tout personnel quoique leurs équipiers se sont montrés également à la hauteur.

On avait donc bunkérisé nos cotes face à l’envahisseur allié. Erwin Rommel posté sur les bords du terrain dirigeait les opérations. Et comme son compère il avait du racler les fonds de tiroir, faire la tournée des popotes, pour trouver quelques gaillards susceptibles d’assurer la défense de notre territoire. Il est vrai que depuis le temps que l’on guerroie , la liste des blessés, des portés disparus, des déserteurs, des permissionnaires, ne fait que s’allonger .La clinique Jules Verne étant saturé par tous nos joueurs impotents ou invalides, soit les ¾ des habituels titulaires. Finalement il trouvera 12 Ukrainiens et 2 Portugais en recherche d’emplois à l’ANPE d’Orvault . Mais 2 se faisaient rapidement porter pale et démissionnaient au vue de la tache à accomplir. Donc des rescapés des campagnes Igoriennes pour endiguer l’ennemi du jour. Je ne dirais pas une équipe de bric et de broc : ce serait méchant pour les joueurs. Je dirais donc une équipe de broc et de briques .Mais au moins avaient ils le mérite d’être présent et de vouloir résister jusqu’au dernier. C’est ce qu’ils firent à merveille. Beaucoup de volonté et d’abnégation que louera Rommel à la fin de la rencontre. Et quand on sait que pour lui arracher un compliment de la bouche, il faut quasiment lui arracher une dent, la sentence n’a que plus de valeur.
Donc vaille que vaille, on entamait la partie, avec une prudence toute Deschampions (jeu de mots subtil pour snober les non-pros EDF) : c'est-à-dire que l’on ne sortait de nos bases que bien couvert et en nombre. En face, ils tâtaient notre défense, ils savaient qu’on n’était pas au mieux, qu’on était sur la défensive. On avait bien nos Grenadiers Voltigeurs (Nota : pour ceux qui n’ont pas fait l’armée, un GV c’est un troupier de base) qui comblaient les brèches. Ils courraient, ils courraient, les Victor et Max. C’est dans leur gène il est vrai, mais quand sur nos flancs, Lamine et Serkan se voyaient en difficulté, ils étaient toujours là. Un net regain de forme, semble t-il, pour les farfadets du milieu.
Mais on avait également quelques atouts offensifs avec Ronan ou Mathias et les jumeaux Sabri et Chakib. Ce sera sur notre 1ère occasion que les 2 compères mettront en œuvre leur talent pour inscrire notre 1er but en championnat. Une subtile et remarquable passe de Chakib permettait à la jeune académie d’ouvrir le score à la 20’ environ. Une subtile frappe croisée pleine lucarne droite de Sabri qui sabra le chômeur goal visiteur. On atteignait ainsi la mi-temps sur ce score de 1-0, immérité dirons nos adversaires.
Cependant si vous connaissez un peu l’histoire, le 6 juin 44, Omaha, Sword, Juno et Utah finiront par craquer. Ce n’est pas des noms de joueurs mais c’est tout comme. A la longue on avait fini par nous croire invincible, on faisait front, tel le roseau face au chêne maritime. Et l’assaillant finira par trouver une brèche. Il manquera juste 10 minutes, le temps que l’un de nos visiteurs arme une invraisemblable balle à la Pavard, mais en plus vicieux et en vrillé. Balle que l’excellent mais malheureux Marius boxait dans ses propres buts. Notre Lloris à nous qui visiblement avait quitté les Boites de Nuit en trottinette un peu plus tôt que d’habitude , s’inclinait ainsi, pour ce qui devait être le score final de 1-1.
En définitive , un score nul et équitable avec une sympathique équipe de Piriac, pour un arbitrage impeccable de Mr Deforge et de ses assesseurs.
Un sursaut méritoire des Orvaltais courageux et volontaires, 12 joueurs à féliciter en attendant le retour des pieds tendres.
Notre coach Jean Paul affichait également un grand sourire et se félicitait du bon comportement de ses joueurs auteurs d’un sérieux nul (0-0) obtenu sur les terres de la ST-Pierre. Sourire que ne partageait pas Mr Benjamin étrillé sur notre terroir avec ses U18 face à Derval (1-3). Une piqure de rappel s’impose.

28,15,0,50,1
25,600,60,1,100,1000,40,2000
90,300,1,50,12,25,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,1,0,0,1,30,10,5,0,0,0,10,0,1
Whis-sport
Whis-sport
Almafit
Almafit
MCO
MCO
Boulangerie Honoré
Boulangerie Honoré
Auberge du forum
Auberge du forum
Almacar
Almacar
ETH
ETH
Le Five
Le Five
Saupin
Saupin
Gilles ROBINET
Gilles ROBINET
Ville d Orvault
Ville d Orvault
Crédit Agricole
Crédit Agricole
Nike
Nike