28,15,0,50,1
25,600,60,1,100,1000,25,200
90,300,1,50,12,25,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,1,0,0,1,30,10,5,0,0,0,10,0,1
cadre
cadre
U13
U13
U8-U9
U8-U9
Loisirs
Loisirs
U6-U7
U6-U7
senior-B
senior-B
u18
u18
senior a
senior a
u13c
u13c
U13a
U13a
Féminine
Féminine
u15a
u15a
U13B
U13B
Senior-c
Senior-c
U11a
U11a
u8
u8
U17
U17
u12b
u12b
u12A
u12A
Orvault RC organise son tournoi en salle le 22 & 23 Février à la Frébaudière, catégories :U6/7 , U8/9 , U10/11 .

Rédemption

 

 alassanem

Dernier match de l’année pour nos Seniors A.

 

Une année qui ne laissera pas un souvenir impérissable aux yeux des supporters. Entre descente et score fleuve l’on a bu le calice jusqu’à la lie. Malgré tout, l’on termine l’année sur un feu d’artifice qui nous remet une lueur désespoir dans les yeux.

En dépit dé l’accablement, les coups durs, certains joueurs n’ont jamais abdiqués. Alors, pour eux, c’est une forme d’hommage qu’on leur rend. Les rescapés de ces naufrages successifs ont pu se compter et une certaine forme de solidarité collective en a résulté. Un ciment qu’a su consolider  Stéphane leur pédagogue coach,  bien aidé il est vrai par l’obscur mais si précieux travail de Pascal. Et après la claque du Shoc, le choc, l’électrochoc même. Une humiliation jamais connue au club mais une humiliation peut être salutaire. Une certaine forme de prise de conscience en est ressortie, toute suffisance bue, en se rendant à l’évidence qu’ils  n’étaient pas les meilleurs joueurs au monde  et que pour gagner il fallait  bien d’autres ingrédients. Un orgueil également, porté par quelques joueurs emblématiques  du club, comme quoi l’on n’était pas non plus les plus mauvais. A l’instar, par exemple d’un Serkan, notre capitaine Haddock, toujours vaillant, toujours partant pour de nouvelles aventures, en dépit parfois de ses travers. Une certaine fierté, une certaine gnaque qu’il a su transmettre à ses équipiers qui peu à peu relèvent la tète.

Rédemption.

Et pourtant la résolution de l’équation qui se posait à l’entame du match pour le  coach n’était pas des plus évidentes. Entre les suspendus (Simon et Gilbert), la défection de Chakib, à fleur de peau cet an ci, la blessure de leurs  feux follets  Maxime et Swan, l’absence de Lamine qui se refaisait les chicots. Sans oublier  «The Boss » qui comme notre gouvernement se devait de négocier âprement auprès de sa syndicale épouse une participation à l’épreuve dominicale .Apparemment il nous semble  aussi  habile négociateur que ne l’était Delevoye, autre cumulard. Mais ces absences faisaient le bonheur des entrants à l’image de Mathieu, auteur d’une belle prestation sur son flanc droit. Une première également pour Sébastien Neto, joueur aussi sympathique qu’exemplaire.

Ces prémisses posées on entrait dans le vif du sujet  avec cette rencontre face à l’Entente Sportive de Dresny Plesné. Entrer dans le vif du sujet est le terme exact car il ne faudra que 4 minutes pour qu’Alassane élimine ses vis-à-vis en  des percussions qui n’appartiennent qu’à lui. Déroutant.  Pour lancer dans la foulée, qu’il avait grande, Hocine. Le compère d’Haddock, pour une fois, ne tergiversa pas et fila au but. Une aussi longue attente pour Hocine qui ouvrait (enfin) son compteur but. On ne serait être  laudateur à son égard en affirmant que ce  n’était qu’ une juste récompense  d’avoir ainsi montré la voie Car Si les  voix du Seigneur sont  impénétrables  celles de Dresny  semblaient pour le moins poreuses  . Et tel Moise ouvrant les flots de la Mer Rouge, notre patriarche Hocine montrait la voie à ses équipiers. Un miracle pour nos malheureux Hébreux qui, avaient  survécu à bien des fléaux et pouvaient se libérer de l’esclavage d’un tyrannique pharaon. Car à la grande  messe pastorale du dimanche, Hocine  est resté l’un des plus fidèles et lui chanter quelques louanges  (ou verset) ne serait que lui rendre grâce. Amen.

Pendant ce temps, le  malheureux gardien n’était qu’au début de son calvaire, un chemin de croix abrégé en 7 étapes.  1-0 (Hocine -4e)

Hocinem

Puis ce sera le festival du jeune Alassane qui allait littéralement écœurer ses adversaires. Ces derniers venant  pourtant ici avec l’intention de faire un résultat face aux convalescents Orvaltais. Bien mal leur en a pris : des espérances douchées froid au bout d’un 1/4h. La faute d’un Alassane qui, après 2 énormes occasions ratées par M. Ardèche –un peu dans la dèche ce dimanche-   allait jouer les justiciers. Ses coups de boutoir allaient littéralement dynamiter la pourtant expérimentée défense visiteuse .Le Grand échalas sur ses longs compas passait en revue la ½ de l’équipe visiteuse  dans un raid à la Neeskens ou Oswaldo Piazza. Le bal des cygnes pouvait commencer .Les joueurs comme les spectateurs ne pouvaient qu’apprécier un avant gout de Noel après l’indigestion du Black November.  18 ans et déjà le meilleur sur le terrain. 2-0 (Alassane – 13e)

Mais je sens poindre votre inquiétude : aucune référence au protégé d’Hergé et du coach  Stéphane. Leur chouchou était-il toujours sur le terrain ? Le Gattuso local n’avait-il point rejoint prématurément les vestiaires en déclamant ses vers et ses pamphlets que seul Edmond Rostand est en mesure d'apprécier. Connaissait-il un sort balkanyesque ? Etait-il victime d’un Empeachement des arbitres ?. Que nenni !  Aurait dit Manu M. Haddocks se portait à merveille. IL se rappelait à notre bon souvenir avec  certes quelques borborygmes incompréhensible au commun des mortels, quelques tacles à la Domenech, quelques remontrances à ses équipiers. Mais il se rappelait surtout au souvenir de nos adversaires quand il filait, plein axe, sur les yeux éberlués de ces derniers, qui s’interrogeait quant à savoir comment on pouvait courir si vite sur d’aussi petites jambes. Revenus de leurs réflexions, qu’ils avaient longues, ils ne pouvaient que constater l’étendue des dégâts.  Haddocks était ad hoc .3-0 (Serkan – 15e).

serkanm

Péché de suffisance par la suite pour les Reds qui sombraient dans une certaine léthargie  .Pause digestive pour certains, relents des effluves de chicha pour d’autres. Les Orvaltais s’enferraient  dans une douce langueur automnale coupable. Période dont profitèrent abusivement les Dresnois pour nous assassiner traitreusement  sur un coup franc excentré au 25m (superbe au demeurant) que Pablo ne pouvait capter. (3-1- 44e)

En cette 2nd période, il revenait naturellement à Alassane de sonner à nouveau la charge. 5 minutes, le temps de prendre ses marques et, à nouveau, il déposait un à un ses adversaires avant d’armer un somptueux tir de 20-25m qui venait s’encocher pleine lucarne du gardien visiteur désabusé. 4-1 (Alassane -50e)

Le score allait encore rapidement évoluer et ce sera l’œuvre de l’intenable Yohan, auteur des dribbles les plus invraisemblables, parfois avec  lui-même, mais également  d’un inlassable travail de sape qui se voyait, enfin récompensé à la 56e. En dépit de sa rengaine lancinante, le sympathique Yoyo ne gagnera jamais le grand Prix de l’Eurovision en dépit de  quelques rondeurs  qui  n’auraient rien à envier  à celle de la belle Agnéta. Ingratitude de ce bas monde. Néanmoins , il est toujours en mesure de nous rendre des menus services .Evitant , pour cette fois , de mélanger son pied droit et son pied gauche , ou de chuter « malencontreusement «  à quelques mètres des buts , il pouvait rentrer , cette fois , tranquillement , avec le ballon dans les buts et inscrire son 3eme but de la saison .( 5-1 – Yohan 56e )

yohanm

Puis il reviendra aux invités de la dernière heure de se mettre en valeur, démontrant un choix gagnant de leur coach et la satisfaction de participer à la curée. Un long déboulé  de Mathieu, un centre impeccable à l’attention du petit nouveau, Mattis, Les M&M’s régalaient et gagnaient une barre chocolatée à la 82e. 6-1 (Mattis -82e) 

 mattism

Aurais-je oublié quelqu’un ? J’entends un cancre du fond de la classe me mentionner  Guillaume. En effet, Mr 1 but par match à encore frappé. Magnanimes ses collègues lui laisseront tirer le pénalty à la 90e, peut être pas le plus difficile pour le serial marqueur.  7-1 (Guillaume – 90e)

guillaumem

Mais toute cette partie n’aura été rendue véritablement facile  que par l’entremise d’autres joueurs. Et en 1er lieu duquel le dénommé Booba. Il ne doit pas aussi bien chanter que son collègue rappeur  mais par contre quant à faire déchanter ses adversaires  c’est un as. Un artiste même, tant sa partition ne souffrira  pas de bémol   ce dimanche. La véritable plaque tournante de l’équipe, le métronome du milieu qui donne le tempo au reste de l’orchestre et permit les  envolées lyriques de certains. Mais pour  ce récital en la  majeur s’il faut des ténors, il faut également des musiciens. Et  c’est là que se posent, Capitaine Victor et Ahmed, des solistes de haute volée qui n’en sont pas à leur 1er pipeau. Je ne dirais pas que ce sont des trompettes, ce serait vache, disons que leur partition ils l’ont joué piano-piano, sans couac notoire.  Ce qui est bien dans leur nature à nos 2 discrets joueurs. L’orchestre ne serait pas au complet si on oubliait de mentionner les petites flutes ou piccolo (Mathieu et Kevin) qui ont bien justifié leur qualité d’instrument à vent (pour les adversaires) avec beaucoup de percussion (pour nous). Et au coup de gong final, on saluera les maestros et on s’inclinera devant le chef d’orchestre qui aura su dirigé son orchestre à la baguette

booba removebg preview (3)

On saluera également les joueurs de Dresny pour leur comportement, toujours exemplaire et qui, malgré le score n’ont jamais abdiqués. Une certaine classe, une certaine dignité. N’ayant pas la mémoire courte, c’est pas nous qui allions les accabler.

Révérence  également  envers les arbitre, avec un sans faute de Mr BRICE BARBOT, le jeune pensionnaire du FC Nantes nous a livré une prestation qui honore le corps arbitral. Le Pavarotti du sifflet devrait rapidement se retrouver dans  le Gotha de l’arbitrage au coté des  Stéphanie Frappart, Clément Turpin ou Jalel Alaimi.

D'autres photos à l'adresse suivante : https://photos.app.goo.gl/KzpPbzwiHZLW9bL69

Bonnes Fêtes à tous

28,15,0,50,1
25,600,60,1,100,1000,40,2000
90,300,1,50,12,25,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,1,0,0,1,30,10,5,0,0,0,10,0,1
Transport
Groupe Courcelle
Groupe Courcelle
Optique
Optique Petit Chantilly
Optique Petit Chantilly
Whis-sport
Whis-sport
Almafit
Almafit
MCO
MCO
Boulangerie Honoré
Boulangerie Honoré
Auberge du forum
Auberge du forum
Almacar
Almacar
ETH
ETH
Le Five
Le Five
Saupin
Saupin
Gilles ROBINET
Gilles ROBINET
Ville d Orvault
Ville d Orvault
Crédit Agricole
Crédit Agricole
Nike
Nike